La phénoménologie

Influence majeure de la philosophie du XXe siècle, ce courant philosophique fondé par Edmund Husserl, se concentre sur l’étude des phénomènes d’une expérience vécue et des contenus de conscience.

De ce courant, découle un processus nommé  » la réduction phénoménologique de Husserl » ; une méthodologie pratique, une des bases du travail de conscience en sophrologie.

Cette application s’appuie sur 3 principes :

  • le retour à la chose même : un retour aux phénomènes purs (sensations, perceptions, ressentis, pensées, images..) au moment présent – une décision intérieure, une volonté de sortir de ces conditionnements (éléments caractéristiques de la conscience ordinaire et des états névrotiques) :
    •  l’interprétation : le fait de donner un sens
    • les croyances : projections de sa propre réalité sur celle du monde
    • les jugements de valeur : évaluation et appréciation subjective
  • la suspension du jugement : un effort mental qui se caractérise par le fait de sortir de la logique habituelle de relier les faits entre eux, de donner un sens, visant à se rassurer sur la cohérence du monde qui nous entoure et à s’ancrer dans ses croyances.  Accueillir les phénomènes comme si c’était la première fois.
  • La mise entre parenthèses : accessible par un travail de concentration, de perception et de méditation.

 

De la conscience ordinaire vers une conscience de notre être profond.

 

 

Articles à consulter
L’influence de nos croyances dans notre vie
Les troubles du sommeil ou Insomnies

Les troubles du sommeil ou Insomnies

Concept graph brain wave EEG

Le besoin de sommeil varie selon chaque personne et se définit comme étant la quantité minimale de sommeil nécessaire pour se sentir ressourcer, reposer, recharger le lendemain matin !

Les troubles du sommeil se définissent selon 2 angles :

  • quantitatifs : diminution de la durée du sommeil
  • qualitatifs : altération de la qualité du sommeil

Quelques repères pouvant définir des troubles du sommeil :

  • difficultés d’endormissement
  • réveils réguliers pendant la nuit
  • réveil trop tôt le matin
  • sensations de fatigue et/ou d’avoir dormi d’un sommeil léger

Prudence, pas de pré-supposés hâtifs, ces deux angles fluctuent selon notre propre évolution ( vieillissement), nos comportements alimentaires et notre hygiène de vie. Néanmoins, l’insomnie chronique, à savoir qui dure dans le temps, a des répercussions majeures sur toutes les structures de l’organisme, à un niveau biologique, fonctionnel et émotionnel. Fatigue chronique, irritabilité, troubles de l’humeur, troubles de la mémoire, difficultés de concentration sont des conséquences directes en corrélation avec différentes causes :

  • causes isolées : apnée du sommeil, bruxisme ( grincement des dents), cauchemars à répétition, syndrome des jambes sans repos
  • causes environnementales : vie quotidienne stressante ( horaires irréguliers, soucis familiaux et professionnels), lien avec événement antérieur
  • en association : état dépressif (insomnie et perte d’appétit)

L’indispensable et l’essentiel est de connaître son propre rythme !

Comment la sophrologie peut-elle apporter une réponse ?

80% des troubles du sommeil ou insomnies sont en lien avec le stress, les états anxiogènes, les dépressions. La sophrologie, apporte la réponse  » RELAXATION  » : détente profonde, relâchement musculaire, respiration. L’entraînement permet de mettre en place des automatismes qui aideront à mieux dormir.

Atelier Sophrologie et Sommeil rubrique ATELIERS.

La dépression saisonnière

La dépression saisonnière

La saison automnale installée, c’est le moment propice pour  OPTIMISER SA VITALITE !

535650_358080904307680_1162198442_n

MANQUE DE TONUS ET D’ENERGIE, MORAL PLUS SENSIBLE, UNE INSOUTENABLE ENVIE DE RESTER AU LIT ?

Tout est cohérent ! conséquences du manque de lumière impactant  l’organisme et l’horloge biologique.

Une alternative à cela !

 Un accompagnement sur mesure pour :

SE REDYNAMISER – SE REVITALISER – STIMULER SON POSITIF.

Sentiment d’Existence et Moment Présent

Sentiment d’Existence et Moment Présent

« LE CORPS ET L’ESPRIT NE FONT QU’UN »

Je pars de ce postulat pour tenter de définir ce qu’est le sentiment d’existence, cependant l’expérience reste la meilleure source de compréhension.

En sophrologie, le sentiment d’existence se renforce lors de l’apprentissage par les entraînements ; il se construit à travers l’équilibre du corps et de l’esprit et par l’ancrage de nos repères intérieurs (la respiration, les sensations, les perceptions ..).

Equilibre, Harmonie, Synchronisation.

Source Pinterest Paper sculpture de Peter Gentenaar

Source Pinterest
Paper sculpture de Peter Gentenaar

En sophrologie, l’intentionnalité première se dirige vers la détente du corps et l’accueil de la vivance du corps : sensations corporelles ( rythme et amplitude de la respiration, battements du coeur, fourmillements, picotements, température … ).

Accueillir cette vivance, équivaut à se positionner en observateur de soi-même sans analyser, sans tenter d’expliquer, sans juger, juste ETRE PRESENT à tout ce qui se passe en soi.

Cette présence, cette attention permet de focaliser l’esprit sur le corps ( il n’est plus dans le passé ou dans le futur ) et de ce fait d’expérimenter le moment présent, source de calme, de relaxation, d’apaisement, espace régénérant et transformateur faisant émerger simultanément le sentiment d’exister à travers soi.

Un espace intérieur se crée, avec un accès libre à ses ressources, ses potentiels créateurs, ses valeurs, ses choix, DEVENIR son propre référent.

La respiration

La respiration

Mouvement intérieur naturel, Principe de vie, Force vitale, Souffle de vie

Elément primordial au maintien de notre équilibre énergétique.
La respiration, source de vitalité et de régénérescence permet l’apport en oxygène et l’évacuation du dioxyde de carbone.

Elle agit sur l’état nerveux, nos muscles, nos tissus et favorise le bon fonctionnement des organes.

La respiration peut se ressentir à différents niveaux du corps.

733974_365295956919508_1207039868_n

1/ la respiration abdominale : respiration naturelle

Le diaphragme est le grand muscle de la respiration ; il sépare l’abdomen et le thorax.

A l’inspire : « le ventre se gonfle, les côtes s’écartent et le diaphragme descend » 
A l’expire : « le ventre reprend sa place, le diaphragme remonte » 

Cette respiration est la plus réparatrice.

Les mouvements de va et vient telle une vague favorisent le massage des intestins, du foie, du pancréas …et permet de prendre contact avec soi (rencentrage), de se détendre.

2/ la respiration thoracique et costale

Sous la pression du stress, notre respiration se modifie (hyperventilation involontaire) et se positionne au niveau supérieur.

Ce type de respiration limite l’apport en oxygène et peut engendrer des dysfonctionnements et divers maux : sensation de vertige, de maux de tête, de picotement dans les mains et les pieds par exemple.

Petit exercice de respiration abdominale

Assis(e) ou allongé(e), les yeux fermés :
« Je pose mes mains sur mon ventre, je prends conscience de ma respiration naturelle (par le nez : à l’inspire, le ventre se gonfle; à l’expire, le ventre reprend sa place) , j’observe comment ça respire, comment ça bouge aujourd’hui. Je pose mon attention sur le mouvement des mains qui montent et descendent.

Je gonfle le ventre sans soulever le thorax, les mains posées sur l’abdomen montent.

Je rentre le ventre sans bouger le thorax, sans y mettre ni de volonté ni de force, les mains posées sur l’abdomen descendent. »

Répétez plusieurs fois l’exercice pour prendre conscience du mouvement.